Adresses - Liens Paléographie Forum généalogique de Suisse Romande Onomastique RETOUR


Famille Joris


Histoire

Ancienne famille suisse originaire du canton du Valais. Bourgeoise de Bourg-Saint-Pierre, de Chamoson, de Charrat, de Liddes, d'Orsières, de Saillon, de Saint-Maurice, de Sion et de Vollèges.

Cette famille d'Orsières, essaima à Bagnes vers 1570, à Sion dès 1630, à Martigny et à Saint-Maurice dans le courant du XVIIIème siècle. Elle a donné plusieurs officiers aux services de France, d'Espagne et du Piémont, des députés à la Diète et au Grand Conseil, des chanoines à la cathédrale de Sion et à la maison du Saint-Bernard.

Personnalités:

- François-Nicolas Joris, lieutenant-colonel au service d'Espagne, tué à la prise de Côme en 1744.

- François-Alexis Joris, capitaine au service de France, chevalier de Saint-Louis, s'établit à Saint-Maurice dont il fut syndic en 1787 et en 1797. Il eut cinq de ses frères gradés aux services étrangers.

- François-Emmanuel Joris, sous-préfet de Sembrancher (1798-1802), député à la Diète cantonale, président du dixain d'Entremont (1802-1810).

- Antoine-Louis Joris, né vers 1750. Enseigna à Ernen, Sierre, chanoine de Sion (1788), théologal, procureur du chapitre (+ 1840).

- Alexis Joris, officier dans la garde royal de Charles X, licencié à la révolution de 1830. Commandant d'un bataillon de landwehr, il prit une part prépondérante au combat de Saint-Léonard (1er avril 1840), à la suite duquel le Bas-Valais obtint l'égalité des droits politiques. Chef militaire de la Jeune suisse, il dirigea les expéditions de corps francs bas-valaisans sur Sion en août 1843 et mai 1844. Il dirigeait avec Maurice Barman, la colonne des libéraux battue au Trient le 21 mai 1844. Il se réfugia alors dans le canton de Vaud. Rentré en Valais en 1847, il fut nommé chef d'état-major des milices cantonales. Il émigra peu après en France où il mourut vers 1865.

- Gaspard Joris (+ 1880), Médecin établi à Vienne. Médecin du comte de Chambord. A publié en 1842 "Tractatus anatomico-pathologicus de humoribus morbosis".

- Fidèle Joris (+ 1886), député au Grand Conseil (1853), président (1878), juge au tribunal cantonal, président du tribunal d'Entremont, conseiller national de 1878 à sa mort.

- Emmanuel Joris (1812-1894), avocat, député au Grand Conseil, président du tribunal de Martigny.

- Benjamin Joris, fils de Gaspard (1862-1906), auteur de quelques études historiques, enseigna dans des lycées français à Vienne, Montélimar, Valence, Tournai, Coutances, Marseille où il mourut.

- Alexis Joris, de Sion, élève de l'académie des Beaux-Arts de Munich, sculpteur, émigra en Argentine vers 1885.

Source: Dictionnaire Historique et Biographique de la Suisse, tome IV, page 290-291.

Etymologie

Joris, anciennement Joriz, vient du prénom latin Georges (qui vient du grec et signifie "laboureur, homme de la terre") (source: "Gens d'ici et d'ailleurs" par Charles Montandon). Le prénom Joris est encore très populaire aux Pays-Bas.

Lieux-dits: Chalet Joris à Champéry.

Répartition des familles Joris en Suisse (1999)

On estime à environ 180 foyers Joris installés en Suisse dont 138 dans le canton du Valais, 19 dans le canton de Vaud, 12 dans le canton de Genève, 3 dans le canton de Berne et 2 dans le canton de Neuchâtel.

Armoiries

Familles Joris

inconnues

 

Messages d'entraide

Recherchons tous renseignements généalogiques, historiques et biographiques

sur la famille Joris

contact: jcromanens@wanadoo.fr



Vous souhaiteriez avoir votre propre généalogie ?

Cette page est la vôtre, alors n'hésitez pas à la compléter

en envoyant vos informations au gestionnaire du site

mise à jour du 7 juillet 2002