Adresses - Liens Paléographie Forum généalogique de Suisse Romande Onomastique RETOUR


Famille Deluc


Deluc, Guillaume-Antoine

10.12.1729à Genève, 26.1.1812 à Genève, prot., de Genève. Fils de Jacques-François, riche horloger et littérateur, et de Françoise Huaut. 1759 Marie-Rose Merklin, fille de Georges-André, négociant. Dès 1754, D. accompagne son frère Jean-André ( -> No 2 ) dans ses expéditions et collabore à ses premiers grands ouvrages. En 1756-1757, il collecte des produits volcaniques au Vésuve, à l'Etna et à Vulcano. Entré au Conseil des Deux-Cents en 1775 comme Représentant, il se retire, sous la Révolution et l'Empire, dans une opposition résolue, mais individuelle. Vers la fin de sa vie, il publie une quarantaine d'articles, principalement dans le Journal de physique (1798-1804) et la Bibliothèque britannique (1800-1809). Très calviniste, il tenait à concilier la géologie avec le récit de la Genèse, engageant des polémiques dont ses éditeurs ont fini par se lasser. Son principal apport est l'identification de plus de 100 espèces de coquillages fossiles.

Deluc, Jean-André

8.2.1727 à Genève, 7.11.1817 à Clewer, près de Windsor (Angleterre), prot., de Genève. Fils de Jacques-François, riche horloger et littérateur, et de Françoise Huaut. 1752 Françoise Vieusseux, fille de Pierre, marchand-drapier. Destiné à une carrière commerciale, il reçoit néanmoins une excellente éducation en mathématiques et en sciences naturelles. Dès 1754, il se met à explorer les Alpes et le Jura avec son frère Guillaume-Antoine ( -> No 1 ) et se constitue peu à peu une riche collection de fossiles et de roches. Dans les années 1760, il perfectionne le thermomètre de Réaumur en remplaçant l'esprit-de-vin par le mercure, puis invente un hygromètre à ivoire. Intéressé par la mesure des hauteurs, il conçoit un baromètre portatif et met au point une formule corrigeant celle d'Edmund Halley, travaux publiés dans ses Recherches sur les modifications de l'atmosphère (1772). Engagé aux côtés des Représentants, il se voit confier en 1768 une mission à Berne et Paris, après laquelle il entre au Conseil des Deux-Cents (1770). En 1773, il s'établit en Angleterre, où il devient lecteur de la reine Charlotte (1774); il peut ainsi préparer ses Lettres physiques et morales sur l'Histoire de la Terre et de l'Homme, adressées à la reine (6 vol., 1778-1780), dans lesquelles il cherche à concilier les données d'une cosmologie neptunienne avec le récit de la Genèse. A la suite d'une controverse avec Horace Bénédict de Saussure sur des questions de barométrie, il publie Idées sur la météorologie (1786). De 1790 à 1793 paraissent dans le Journal de physique ses "Lettres à Lamétherie", consacrées à la géologie et à la physique, dans lesquelles il attaque notamment les idées de James Hutton sur l'érosion. Il publie ensuite sa théorie de la terre sous la forme de Lettres sur l'histoire physique de la Terre, adressées à Johann Friedrich Blumenbach (1798). Au cours d'un long séjour en Allemagne (1798-1804), il reçoit le titre de professeur honoraire de philosophie et de géologie de l'université de Göttingen. Ses derniers écrits, imprégnés de considérations théologiques, sont marqués par un attachement à des vues théoriques dépassées. Membre de la Royal Society de Londres.

Deluc, Jean-André

16.10.1763 à Genève, 14.5.1847 à Genève, prot., de Genève. Fils de Guillaume-Antoine ( -> No 1 ). 1846 Henriette-Louise Arnaud, fille de Lazare. Etudes de droit à l'académie de Genève, avocat (1788), doctorat en droit à Göttingen (1791). D. acquiert une solide culture scientifique et contribue à enrichir le cabinet de fossiles de son oncle Jean-André ( -> No 2 ). Après avoir été longtemps instituteur en Angleterre, il rentre à Genève, où il compose de nombreux mémoires de géologie et de météorologie, en particulier sur l'origine des blocs erratiques qui parsèment le bassin du lac Léman (parus dans la Bibliothèque universelle, dans les Mémoires de la Société de physique et d'histoire naturelle de Genève ou dans les Annales de chimie). En tant qu'historien et amateur de théologie, il a notamment publié une Histoire du passage des Alpes par Annibal (1818), qui donna lieu à une vive polémique, et des Eclaircissements sur l'Apocalypse (1832).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous souhaiteriez avoir votre propre généalogie ?

Vous désirez devenir correspondant de la famille Deluc pour la SSGF ?

Ecrivez nous vite !

SSGF@isuisse.com

mise à jour du 10 janvier 2001

Vous êtes le

 

visiteur de cette page